Chronique de Bibliopass

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 4 novembre 2015

Facile à lire, c'est parti dans le Morbihan !

Le Morbihan est le troisième département breton à se lancer dans les espaces "facile à lire" ! Saluons la Médiathèque départementale qui a organisé une journée de formation à l'antenne de Caro afin de développer cette idée de lectures faciles en bibliothèque. Plusieurs collègues avaient déjà une petite idée sur la question grâce aux informations et boîtes à outils mises en ligne sur le site de Livre & Lecture en Bretagne. Par ailleurs, les bibliothèques présentes sont déjà impliquées dans des actions visant les publics en difficulté de lecture : à Pontivy c'est autour de l'autoformation et de l'accueil de groupes d'apprenants ; à Lanester c'est le partenariat avec Agora Services Emploi et Formation...

A Muzillac, une longueur d'avance a même été prise puisque la bibliothèque a déjà élaboré son Espace Facile à lire, qui prend la forme d'un totem tournant situé juste à l'entrée et comprenant des titres du "kit initial Facile à lire", des récits vécus, etc. Les livres comportent le pictogramme européen "Facile à lire et à comprendre". La bibliothèque travaille en partenariat avec le Centre de Prière, qui est un établissement de postcure psychiatrique. Les patients sont les premiers destinataires de cette collection. La médiation et la communication sont encore à faire pour toucher d'autres publics.

FAL_Muzillac

L'atelier pratique de l'après-midi a été fructueux. Voici les trouvailles des collègues en images :

FAL_Caro_nov2015

Le souhait des participants en fin de journée est que la MDM, médiathèque du Morbihan, puisse soutenir le développement de ce type de collections et toutes les actions de médiation qui s'y rattacheront...

Merci à James Eveillard, responsable de l'antenne de Caro pour l'accueil de cette journée !

à suivre donc...

samedi 19 septembre 2015

Facile à lire à Quimper

Une nouvelle journée consacrée au "facile à lire" a permis à près de 20 collègues de tout le Finistère d'approfondir la notion de lectures faciles : pour quels publics ? avec quels critères de sélection ? quelle mise en espace dans la bibliothèque ?

Comme d'habitude, je leur ai proposé un atelier pratique leur permettant d'aller chercher dans les rayons de la bibliothèque départementale un livre correspondant le mieux possible aux critères définis et de le présenter au groupe. Voici quelques exemples de livres retenus :

La Médiathèque du Finistère continuera ce travail de fond autour des Espaces" facile à lire" et consacrera une journée d'étude à ce sujet en 2016, en partenariat avec Livre & lecture en Bretagne.

mercredi 8 octobre 2014

Les pauvres et le droit à occuper l'espace public

J'ai assuré en début de semaine une formation passionnante organisée par la Bibliothèque départementale d'Indre-et-Loire autour de la question des publics en précarité sociale et culturelle. Vaste sujet qui a amené de nombreux échanges et quelques prises de conscience de la profondeur de la problématique.

J'ai invité deux actrices de terrain à venir témoigner et rencontrer les bibliothécaires pour de futurs partenariats :

Le Docteur Alice Perrain, Présidente de l'ASPIL, association Santé-Précarité en Indre-et-Loire

Alice_perrain

Le Dr Perrain a présenté l'ASPIL dont l'objectif est d'améliorer l'action soignante et sociale pour les personnes en situation d'exclusion, d'isolement ou de précarité. En-dehors de son activité professionnelle, elle assure bénévolement des permanences d'accueil. Elle a expliqué comment les conseils et les accompagnements peuvent se faire dans un contexte où les personnes attendent la dernière extrémité pour se soigner. Des contacts ont été pris pour d'éventuels débats autour de la santé organisés en bibliothèque.

La Barque

barque2

Barbara Demcak dirige la Barque, café associatif agissant au sein du réseau d'urgence sociale de Tours. Ce lieu atypique ne propose pas de repas ni de douches. C'est un lieu d'accueil, ouvert en semaine et le week-end, aux heures où les foyers d'urgence sont fermés. On y propose des boissons non alcoolisées, des jeux, des journaux et même une bibliothèque avec des livres divers : BD, romans livres de photos... Des animations et des sorties sont proposées. Là encore, contact a été pris pour des prêts de livres destinés à renouveler le petit fonds de La Barque.

barque1

Les pauvres à la bibliothèque

J'ai restitué pendant la formation le passionnant travail de sociologue de Serge Paugam qui a été missionné par la BPI pour faire un travail d'observation de terrain sur les usagers de la bibliothèque. Il en ressort une analyse fine des personnes qui correspondent aux 3 phases de la disqualification sociale :

  • les personnes en fragilité : souvent des demandeurs d'emploi ou des personnes qui commencent à être en situation financière difficile mais vont tout faire pour le cacher. Ce public est donc difficile à repérer. Quelques petits signes, comme la présence régulière aux heures de travail, des détails dans l'habillement, peuvent permettre aux bibliothécaires de comprendre la fragilité des personnes. Les services d'autoformation et la presse sont des services à développer pour eux.
  • les personnes en dépendance : vivant du RSA ou d'une petite pension, ces personnes vont passer beaucoup de temps à la bibliothèque pour exister, se voir parmi les autres... Les services permettant de rester de longues heures, comme le visionnement de films, l'écoute de musique, sont à développer.
  • les personnes marginalisées : essentiellement SDF, ces personnes ont d'abord besoin de la bibliothèque pour satisfaire des besoins corporels : être au chaud, utiliser les sanitaires, etc. Mais très vite, la bibliothèque devient pour elles un lieu d'accès aux savoirs, à l'actualité et un lieu pour jouer encore un rôle social. Pensons notamment à ces SDF "haut en couleurs", qui ont une vraie personnalité originale et sont connus de tous, usagers et bibliothécaires.

Pour les 3 catégories de "pauvres", la bibliothèque accueillante comme l'est la BPI (les agents de sécurité ont pour consigne de laisser entrer toute personne, quelle que soit son apparence) permet de conjurer la disqualification sociale, d'exister comme les autres. Mais quid dans toutes les autres bibliothèques, petites, moyennes ou grandes ? Quelle place laissons-nous réellement à cette population pauvre dans l'espace public ? Serge Paugam analyse les nombreux freins de notre société : l'hygiénisme (on ne supporte pas les odeurs, la vue de vêtements usés et sales), le sentiment d'insécurité (pensons à ce qui nous passe par la tête lorsque arrive une bande de jeunes du Voyage...), la naturalisation de la pauvreté (il y a des riches, des pauvres, c'est comme ça...) et enfin la domination des classes (la classe dominante reste dans l'entre-soi et garde le pouvoir).

pauvres_bib_paugam

La conclusion, sur laquelle j'ai interpellé les stagiaires, est de prendre conscience que la démocratisation de l'espace public passe par une réflexion profonde de la profession sur la place des populations pauvres dans nos bibliothèques. Ne nous cachons pas derrière des règlements ou derrière les soi-disants ressentis des "autres" usagers (en quoi seraient-ils plus "légitimes" ?) qui n'aiment pas cotoyer des gens qui ne sentent pas forcément le parfum, qui s'expriment parfois trop fort, trop mal...et demandons-nous : est-ce que je suis prêt - prête à accueillir dans ma bibliothèque (et à aller chercher) des publics qui me ressemblent moins, qui ont d'autres cultures, un autre langage, qui n'ont pas de pratique de l'écrit, et dont la pauvreté me renvoie une réalité qui me dérange ?

pauvres_bib_bpi

A lire : Des pauvres à la bibliothèque : enquête au Centre Georges Pompidou / Serge Paugam et Camila Giorgetti. PUF, 2013. 200 p. 22 € imprimé - 15 € numérique. A lire sur le blog Street press : A Beaubourg, les SDF oublient le froid en écoutant Gold et Hendrix

lundi 15 septembre 2014

Les Espaces "facile à lire" du Pacte Avenir dans le Finistère

La fermeture des usines d'abattage dans le Finistère ont mis à jour les situations d'illettrisme rencontrées par les ouvriers, désormais au chômage. Un Pacte Avenir a été mis en place avec une enveloppe conséquente pour financer des formations aux apprentissages de base. Par ailleurs, la DRAC Bretagne a soutenu la création d'Espaces "facile à lire" proposés par Livre et Lecture en Bretagne, qui doivent se mettre en place dans des bibliothèques pilotes : 4 BM (Morlaix, Lesneven, Lampaul-Guimiliau et Landerneau) et 2 bibliothèques d'hôpitaux (Lanmeur et le Centre hélio-marin de Perharidy). Enfin, une résidence d'auteur menée par Frédérique Niobey permet de créer ce premier lien entre les bibliothèques et les populations visées.

Jeudi avait lieu à la nouvelle antenne de la Bibliothèque du Finistère à Saint-Sève, près de Morlax, la journée de formation sur le "facile à lire" qui prend tout son sens dans ce contexte. Pour illustrer le dynamisme des bibliothèques engagées, voici l'exemple de Landerneau : la médiathèque Per Jakez Hélias, créée en 2002 et dirigée par Hélène Fouéré, s'inscrit grâce à ses grandes baies vitrées et à sa terrasse de lecture dans un parc urbain. L'intérieur a été réaménagé pour permettre de multiples usages et la cohabitation de publics divers. La RFID, enfin, libère le Personnel pour qu'il se consacre aux accompagnements.

Landerneau1

Les publics visés par l'Espace facile à lire mis en place début septembre, ce sont d'abord les apprenants en savoirs de base, français et étrangers, mais ce sont aussi tous ceux qui seront tentés par une "vitrine" présentant des documents sans souci de classification "jeunesse", "adulte", "fiction", "documentaire", etc.

meuble_fal

Ce meuble est un présentoir, présentant donc les livres de face. Tous types de livres s'y côtoient, comme un buffet qui offrirait de multiples saveurs à déguster. On y retrouve les références du "kit" que j'avais élaboré pour Livre et Lecture en Bretagne mais aussi les choix personnels de l'équipe, par exemple Les manchots ne prennent pas de gants, opus 5 des Indégivrables, ou La chienne de ma vie de Claude Duneton, petit récit de 80 pages qui, à travers l'histoire de la chienne Rita, raconte l'enfance corrézienne de l'auteur pendant l'Occupation. A noter : la présence affirmée du pictogramme européen "facile à lire".

L'atelier pratique de l'après-midi a permis aux collègues de tenter de dénicher en 15 minutes un livre "facile à lire" en fouillant les rayonnages de la bibliothèque départementale. Exercice difficile, qui montre une nouvelle fois le désarroi des collègues non bibliothécaires, travaillant dans le secteur médico-social, face à nos systèmes de classement.

4 livres retenus, en exemple : qui, dans un fonds traditionnel, ne seraient jamais mis côte à côte...

Confidences au salon de Claude COUDERC. Pocket 177 p ou GC aux éd. De la loupe. Scènes du quotidien d'un salon de coiffure où toute la population vient confier petites joies et gros soucis...courts chapitres, possible à feuilleter, possible à lire à voix haute.

facile1

Chaplin. Ed. Bayard. Grand album collector, très visuel, qui peut s'accompagner bien sûr d'un DVD pour voir et revoir Chaplin.

facile2

Là où vont nos pères. Dargaud. Une BD atypique, purement visuelle, sur l'émigration.

facile3

La grande maison de Michèle SALES. Ed du Rouergue, 156 p. Une lectrice va de prison en prison lire des textes...

facile4

Les Espaces "facile à lire" dans les bibliothèques du Finistère : à suivre !

En savoir + :

Le site de Livre et Lecture en Bretagne

Le site de la DRAC Bretagne, sensibilisation à la lecture

Sur ce même blog, "lancement officiel des espaces facile à lire"

Accessibib, blog de l'ABF, réflexion autour d'un espace facile à lire

Ouest-France du 15.03.2014 : Avec le Pacte Avenir, des actions pour prévenir l'illettrisme

vendredi 27 juin 2014

Nouveau catalogue de formations et interventions 2014-2015

L'été arrive...c'est le temps où les responsables de formation pensent à leurs calendriers 2015, avant de s'accorder quelques temps de repos bien mérité au soleil...

Bibliopass continue son travail de formation autour des publics, avec quelques nouveautés au catalogue :

  • Bibliothèques : égalité, citoyenneté

Face à l'actualité des derniers mois, il semble important de réaffirmer le rôle de la bibliothèque publique, lieu garant de l'égalité entre les citoyens, lieu d'information civique et lieu du "vivre ensemble". La formation rappelle la notion d'égalité de traitement entre les usagers, invite à développer des collections qui luttent contre les stéréotypes, valorisent les cultures populaires et minoritaires (migrants, LGBT) et les populations fragilisées (SDF, Gens du Voyage) et à organiser des actions culturelles qui ouvrent le débat et informent objectivement les citoyens.

  • Bibliothèques en zone touristique : quels services spécifiques ?
  • Publics migrants : quel accueil, quels services ?
  • Lecture, bibliothèques et dyslexie
  • Concevoir un fonds et un espace « facile à lire »
  • Liseuses et tablettes en bibs

Catalogue_bbpass_couv Catalogue_bbpass_int

Catalogue à feuilleter en ligne

Bibliopass intervient essentiellement sur les thématiques liées aux publics pour les bibliothèques départementales, le CNFPT, les CRFCB et les universités : formation initiale, formation continue, formation en intra, organisation de journées d’étude, conférences. Pour les bibliothèques d'Ille-et-Vilaine, Bibliopass intervient sur demande pour animer des séances de lectures choisies avec des groupes d'adultes venant des foyers de vie, foyers d'accueil médicalisés, résidence de personnes cérébro-lésées, ESAT, Ehpad, etc.

à bientôt !

samedi 26 avril 2014

Accueillir les personnes déficientes visuelles en bibliothèque

Retour de formation en Loire Atlantique sur l'accueil des publics ayant un handicap visuel

La bibliothèque de Loire Atlantique poursuit un travail de fond, entamé depuis 2 ans, sur la formation des équipes du réseau à l'accueil des publics en situation de handicap. Après un premier stage de sensibilisation générale au handicap et un second sur le handicap mental, se déroulaient cette semaine une journée sur le handicap visuel et une seconde autour de "Lecture et dyslexie".

J'ai essayé d'apporter aux collègues des outils très concrets à manipuler : édition adaptée, matériels, petits jeux et outils de sensibilisation pour le grand public. Chaque bibliothécaire est reparti avec toutes les informations permettant que la bibliothèque, même si elle dispose elle-même de peu de services destinés à ce public, puisse être un lieu relais vers le service Eole de l'AVH, les ressources de la Bibliothèque sonore des Donneurs de voix, le Réseau Basse Vision 44, et surtout l'Institut des Hauts Thébaudières, localisé à Vertou.

Intervention d'Emmanuelle M., chef de service et d'Emmanuelle G., documentaliste, de l'Institut des Hauts Thébaudières

Cette intervention a été très appréciée des stagiaires. Elle a permis d'entrevoir des pistes de partenariats entre l'Institut et les bibliothèques publiques. L'Institut dispose d'un service de transcription / adaptation de documents, d'un plateau technique présentant les matériels spécialisés et d'un Centre de documentation très riche. Il peut aussi être force de conseil pour développer une action culturelle en direction du grand public. En échange, chaque bibliothèque est un lieu relais de proximité, pouvant orienter les citoyens vers l'institut spécialisé.

Quelques livres adaptés par le Centre de documentation Nantes_hv1 Nantes_hv2 Nantes_hv3 Nantes_hv4

Ma table d'outils et de documentation Nantes_hv5 Nantes_hv6

Les collègues sont repartis avec le souhait d'approfondir le stage par une visite de l'Institut, qui sera programmée à l'automne. Et une réelle envie de mettre en application très vite des premiers services tout simples à mettre en place, tels que d'apposer des pictogrammes sur les DVD en audiodescription, d'organiser des ateliers de découverte du braille, de proposer des loupes à l'accueil, de valoriser le livre audio, etc. A suivre donc...

lundi 31 mars 2014

Formation "Accueil du handicap mental" à Carnac

La médiathèque départementale du Morbihan poursuit la formation des équipes de son réseau à l'accueil des personnes en situation de handicap, avec ce nouveau stage autour du handicap mental.

Les participants étaient nombreux et motivés. Plusieurs reçoivent déjà des classes d'IME ou des groupes venant d'un ESAT ou d'un centre de réadaptation. La bonne idée était de choisir comme lieu de la formation la médiathèque de Carnac, intégrée dans le Centre culturel Terraqué, très impliquée sur les questions d'accessibilité.

Formation_Carnac_mars2014 Carnac3

Sylvie, animatrice dans l' ESAT qui est partenaire de la médiathèque de Carnac a expliqué l'objectif des visites régulières effectuées avec un groupe d'ouvriers. Les travailleurs rédigent des comptes-rendus de leur lecture ou d'une projection de film et des courriers de remerciement. Ces textes sont transcrits en braille pour leurs collègues malvoyants. Le partenariat s'inscrit donc pleinement dans un projet global de soutien et d'ouverture culturelle et sociale.

La médiathèque est un équipement labellisé Tourisme et handicap !

Carnac1 Carnac2

Dans cette commune touristique qui compte 4000 habitants l'hiver et 50 000 l'été avec les estivants, il était essentiel d'avoir des équipements touristiques adaptés. Deux agents sont recrutés chaque été pour l'accessibilité des plages. Les sites des alignements de menhirs gérés par les Monuments nationaux sont accessibles. Et la médiathèque a été conçue dès son ouverture en 2010 pour le confort de tous :

  • Espace de plain-pied
  • Portes automatiques
  • Boucles magnétiques à l'accueil et dans l'auditorium
  • Rayonnages avec des étagères situées entre 80 cm et 1,50 m (ni trop basses, ni trop hautes)
  • Sièges ergonomiques
  • Signalétique "maison" donc en police très lisible et modifiable à volonté
  • Collections adaptées : livres tactiles / braille, livres audio, DVD en audiodescription et VFST

Après le label handicap auditif et handicap mental, la médiathèque vient d'obtenir le label handicap moteur. Toute l'équipe, très investie sur la qualité de l'accueil, voit encore plus loin et souhaite améliorer peu à peu l'accessibilité. Quatre membres de l'équipe ont participé à la formation et ont noté des éléments à intégrer rapidement. Bravo pour cette mobilisation exemplaire !

En savoir plus

jeudi 27 février 2014

La Bretagne innove : première formation sur la notion de "facile à lire"

Ca bouge en Bretagne !

Les pays nordiques et anglo-saxons l'ont compris depuis longtemps : il y a de nombreux publics qui ont besoin de lectures faciles. Pour toutes sortes de raisons : situations d'illettrisme, de précarité, de handicap, de fatigabilité... Or, nos bibliothèques françaises ne sont guère adaptées dans leur offre de collections. Livre et lecture en Bretagne et la DRAC portent donc une expérimentation d'"Espaces facile à lire" en bibliothèque, sur la base d'un kit réalisé par Bibliopass, coporteur du projet. Stage_facile_lire3

Formation d'aujourd'hui Stage_facile_lire2

La médiathèque d'Ille-et-Vilaine a mis à son programme de formation 3 journées, 1 sur 3 de ses 4 antennes. La première avait lieu aujourd'hui à Bécherel. Une quinzaine de collègues ont réfléchi sur les publics visés, découvert le "kit" d'une centaine de livres puis fait des exercices pratiques de repérage de livres correspondant aux critères, dans le fonds et dans la forme. Difficile ! Exemples de livres retenus avec la grille d'analyse :

  • La gare de Rachid de Pascal GARNIER. Encre bleue (Facilire). 78 p.

Depuis qu'il a quitté son pays, Rachid est balayeur dans une grande gare parisienne. Cette gare, c'est sa vie. Il en connaît tous les recoins et peut énumérer tous les horaires du Paris-Vintimille. Le jour où on lui annonce son licenciement, il aménage un wagon abandonné...

  • Envie d'amour de Cécile BEAUVOIR. Minuit, 74 p.

Nouvelles : Un gilet dans une armoire, des flocons de neige sur une vitre, une petite fille dans un salon de coiffure, une lettre bleue, un arrosoir plein d'eau de pluie, un thé à la pomme à Istanbul, une contrebasse, une pipe, des bigoudis. Une envie d'amour.

  • Le dernier mousse de COLOANE. Seuil (points) 124 p. ou en GC.

Au début du siècle, la corvette Général Baquedano, voilier école de la Marine chilienne, quitte Talcahuano et se dirige vers le cap Horn. A son bord, Alejandro, un gamin de quinze ans embarqué clandestinement, va se frotter aux dures réalités de la mer et du métier de marin

Stage_facile_lire1

vendredi 22 novembre 2013

Lecture et handicap visuel

Hier à Rennes, une belle journée de formation organisée par la Médiathèque départementale, très engagée dans la mise en accessibilité des bibliothèques, a permis d'approcher les différents modes d'accès à l'information et à la lecture des personnes malvoyantes et non-voyantes.

Stage_hv_21nov2013_1

Davantage qu'une formation théorique, ce fut une journée d'échanges et de témoignages : une collègue, maman d'une jeune fille nonvoyante qui a aujourd'hui 21 ans, a témoigné de la scolarité et des outils d'apprentissage que les parents ont du trouver ou réaliser eux-mêmes, bien avant les avancées technologiques des dernières années. 2 collègues ont fait un retour sur les années d'expérience des "pôles Borges" mis en place dans leur médiathèque, en partenariat avec l'association AAHVB. Abder Ragui, formateur en informatique adaptée, qui a créé ce service d'accès aux nouvelles technologies, a expliqué les nouvelles perspectives qu'offrent les logiciels et les appareils mobiles comme les smartphones.

Enfin, les stagiaires ont pu prendre le temps de découvrir et tester les collections, matériels et outils adaptés au handicap visuel, qui ont toute leur place en bibliothèque. Dans le prolongement de cette journée bien chargée, étaient proposées des inscriptions gratuites à des visites descriptives et tactiles d'expositions aux Champs Libres. Proposition qui a été la bienvenue !

stage_hv_21nov2013_3

stage_hv_21nov2013_4

mercredi 16 octobre 2013

Lecture et adultes âgés en débat à Tours

La Direction du Livre et de la Lecture de Tours a eu l'heureuse initiative d'organiser une formation sur le thème "Lecture, bibliothèques et personnes âgées".

Stage_Tours_oct2013 Stage_Tours_oct2013_2

Je suis heureuse de constater que ce sujet mobilise les équipes de bibliothèque, puisqu'une quinzaine de collègues, professionnels et bénévoles, sont venues de tout le département pour se former et échanger leurs pratiques. Je consacre beaucoup de temps à l'accueil car ce qu'il y a à apprendre concernant la relation à ce public est davantage un savoir-être qu'un savoir-faire : comment faire face à l'image de la vieillesse, de la dégradation de la santé ? comment réagir face à des comportements plus ou moins violents de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ? comment accepter qu'il y ait peu d'expression de désir...désir de lire...désir d'entendre...désir même de vivre ?

Les participantes (eh oui, uniquement des femmes...encore !), déjà bien engagées sur ce type d'actions, ont beaucoup échangé sur leurs pratiques : la lecture en Ehpad, particulièrement dans les Unités Alzheimer, le choix des textes, le portage de livre... Elles ont amélioré leurs capacités à inscrire ces actions dans un cadre formalisé, à l'aide d'indispensables conventions de partenariats. Elles ont aussi découvert de nouvelles idées, telles que l'expérimentation de tablettes numériques, la mise en place de dictées intergénérationnelles, la participation au Prix Chronos, etc.

Enfin, elles ont pu bénéficier du témoignage d'une animatrice d'Ehpad, que je remercie vivement pour sa venue et son exposé très enrichissant.

Témoignage de Marie-Dominique Lamé, animatrice à l'Ehpad de Monconseil

Marie_Dq_Lame_Tours

L'Ehpad de Monconseil appartient au réseau des 4 établissements gérés par le CCAS de la Ville de Tours. Il offre 84 places dont une unité Alzheimer et 6 places d'accueil de jour. Son projet d'établissement, inscrit sur 5 ans, comprend 3 axes : les soins, le social et l'accompagnement social, autrement nommé l'animation.

Les animateurs d'Ehpad sont en possession d'un DUT carrières sociales ou d'un Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS). Il y a en général 1 poste d'animateur par établissement. Le métier d'animateur est récent, l'intégration dans l'équipe de l'établissement et la reconnaissance de l'utilité du travail est encore à faire, même si peu à peu les soignants comprennent que tout ne se joue pas dans l'hygiène et le soin, et que la personne âgée a besoin d'interaction sociale. Marie-Dominique explique les diverses animations qu'elle met en place : ateliers mémoire, détente corporelle, rencontres intergénérationnelles, sorties, aide à la vie civique (aller voter), et bien sûr ateliers lecture.

Un partenariat a été établi avec la Bibliothèque de Tours : une bibliothécaire vient chaque mois avec un choix de livres à emprunter, puis elle lit quelques textes à haute voix. La relation au livre est difficile : les résidents ont peur de prendre et de ne pas lire, il faut les rassurer sur leur liberté d'emprunter et de ne pas lire, ou de ne pas finir un livre.

Au-delà de la question de la lecture, Marie-Dominique, en évoquant le quotidien de son métier, nous apporte beaucoup d'informations sur la psychologie des adultes âgés. Entrer en ehpad, c'est perdre de l'autonomie. C'est laisser beaucoup derrière soi. La personne vieillissante, peu à peu, n'a plus envie de demander, plus de désir, plus d'imaginaire, plus de vernis social non plus...ou en tous cas moins. Et le rôle de l'animateur, de toute l'équipe soignante, et aussi notre modeste rôle, nous bibliothécaires qui arrivons pour un temps de lecture, c'est d'accepter cela, de ne pas juger, tout en montrant qu'il y a encore des choses à vivre...

Lire pour des adultes âgés, c'est leur permettre l'oubli du présent, l'oubli du corps défaillant, c'est réouvrir l'imaginaire, et très modestement offrir quelques instants de plaisir.

Merci aux organisateurs, aux participants et à Marie-Dominique !

samedi 5 octobre 2013

Retour de stage en Isère

Lampes_stmarcellin

La visite de la médiathèque de Saint-Marcellin collait tout à fait avec la thématique de la formation : Bibliothèques en mutation. Aménagée dans un ancien couvent, la médiathèque a ouvert ses portes il y a 5 ans. Mais elle vient de faire l'objet d'un réaménagement tout à fait réussi comme l'atteste les photographies ci-dessous :

  • Un espace romans éclairci par le changement de mobilier et le grand désherbage. J'ai aimé notamment les fines rampes de lumière sur les rayonnages
  • Un escalier somptueux en fer forgé qui mène à la passerelle enfants/ados
  • Des lampes design mais fonctionnelles
  • Des assises variées : fauteuils club confortables, banquette colorée intergénérationnelle...
  • Des bacs sur roulettes pour présenter les livres de travaux manuels

La médiathèque inaugure aujourd'hui ce réaménagement, qui va s'accompagner d'une dimension numérique : mise à disposition de tablettes et d'un accès internet par wifi.

Les débats et réflexions en ateliers sur les mutations indispensables en bibliothèque furent très riches. Les 14 collègues venues de tout l'Isère se sont accordées sur plusieurs idées fortes : être au plus près des attentes des publics, offrir du service et de la chaleur humaine, aménager des espaces et des mobiliers modulables, faire du numérique une "mise en 3D des collections" et un vrai service qui fait sens un projet d'ensemble, se donner le droit d'expérimenter, et enfin rédiger un projet qui pose des objectifs clairs, lisibles et réalistes.

Bacs_stmarcellin

Chauffeuse_stmarcellin

Escalier_stmarcellin

Lampe_romans_Stmarcellin

samedi 28 septembre 2013

Retour de stage : accueillir des groupes venus d'IME, Foyers de vie, ESAT

La Bibliothèque départementale de la Sarthe continue un excellent travail de fond autour de la formation des équipes de bibliothèque à l'accueil du handicap, amorcé en 2008 avec une Journée d'étude professionnelle et la publication du guide qui reste une référence par sa précision et sa clarté : Accueillir les publics handicapés à la bibliothèque.

Après la question du public sourd en 2012, nous sommes revenus cette année sur le handicap mental, avec une approche un peu différente : l'accueil et l'animation avec des groupes venus d'établissements. Ces établissements sont pour les enfants les classes CLIS et les IME, et pour les adultes les Foyers de vie, Foyers d'accueil médicalisés ou Maisons d'accueil spécialisées.

Stage_hand_mental_Lemans

Quelles questions se posent aux équipes ? : l'obligation d'individualiser vraiment l'accueil, chaque personne ayant des besoins et des difficultés particuliers ; la difficulté de communication ; la frustration de de ne pas recevoir toujours de "retour" (le livre a-t-il plu ? le niveau de lecture est-il le bon ?) ; et le plus dur à vivre certainement : la charge émotionnelle que l'on reçoit devant une souffrance ou une dégradation de l'état de santé d'un résident que l'on connaissait bien...

La matinée de vendredi était consacrée au témoignage de professionnels du Mans ou alentours, dans l'objectif d'avoir une meilleure connaissance de ces établissements et de comprendre quelle est pour eux l'importance de la lecture et d'un partenariat avec une bibliothèque :

Témoignage de Dominique Langlais, enseignante spécialisée et Nathalie Quéau, monitrice éducatrice - Classe délocalisée de l'IME de Vaurouzé au Collègue Maroc-Huchepie

Cette classe est délocalisée dans un collège ordinaire afin de faire une transition entre une classe CLIS et l'IME, pendant 2 à 3 ans, pour des jeunes de 12 à 14 ans. L'emploi du temps de ces jeunes se partage entre :

  • Le temps scolaire : cours de français, maths...adaptés bien sûr au niveau de chacun
  • Le temps paramédical : kiné, orthophoniste, etc
  • Le temps éducatif : tout ce qui va aider le jeune à se socialiser, à s'intégrer, être le plus autonome possible
  • Le sport

La classe fonctionne par projets, projets collectifs et projets individuels. Toutes les propositions venues des bibliothèques sont donc les bienvenues : rencontrer un illustrateur, visiter une exposition, participer à un atelier...tout est possible, ces jeunes ayant un besoin énorme de s'ouvrir au monde et aux rencontres humaines.

Dominique et Nathalie expriment leur souhait que les bibliothèques adoptent une signalétique adaptée, basée sur des pictogrammes, et que les bibliothécaires élaborent des listes de livres plus particulièrement adaptés à des jeunes qui ont un niveau de lecture cycle 2 mais des besoins et des goûts d'adolescents.

Témoignage de Florent Cochard, coordinateur-éducateur au Foyer de vie Les Hêtres de Ruaudin

Les foyers de vie sont assez récents et accueillent des personnes qui ont des pathologies très différentes, parfois mal diagnostiquées pour la tranche d'âge au-dessus de 45 ans. On trouve bien sûr les déficiences cognitives, la trisomie, les troubles autistiques mais de plus en plus aussi, les problèmes psychiques. Les résidents ne travaillent pas ou ne travaillent plus. Ce foyer accueille une trentaine de résidents dans un cadre agréable. Chacun bénéficie d'un projet personnalisé, renouvelé tous les 2 ans. De nombreuses activités sont proposées, dont la sortie à la bibliothèque, une fois par mois. Un petit groupe de résidents sont très fidèles à ce rendez-vous à la bibliothèque de Ruaudin, où ils sont accueillis par une équipe de 3 personnes très motivées et formées : Dominique, Anne-Marie et Marie-Reine.

Pour certains, la lecture est possible, par exemple ce monsieur qui à chaque séance lit à haute voix "au kilomètre". Pour d'autres, non-lecteurs, c'est le livre qui est important, en tant qu'objet transitionnel. Un résident par exemple emprunte chaque fois un très gros livre qu'il baladera ensuite partout...sans le lire. Un autre se déplace tout le temps avec sa sacoche pleine de magazines... Une résidente aime qu'on lui raconte des histoires, un autre ne regarde que les livres sur les serpents... L'équipe de la bibliothèque connait bien désormais ces centres d'intérêt qui ressemblent à des fixations. C'est pourquoi il est difficile de faire une liste de livres à conseiller à ce public, même les livres d'images ne sont pas une évidence, car, explique Florent "le lien de beaucoup d'entre eux avec l'image est compliqué aussi. Une représentation d'une télé n'est pas une télé". La seule méthode est alors de partir de la personne, de ses envies, de son désir. Désir difficile pour eux à exprimer, explique encore Florent.

Seules la patience, l'écoute et "l'humanitude" permettent donc d'accueillir dans de bonnes conditions, avec l'ambition modeste d'offrir à ces personnes en situation de handicap mental le respect et...un petit moment de bonheur.

Merci à la BDS qui a organisé ce stage et merci aux participants motivés.

Educateur_Lemans