Chronique de Bibliopass

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bibliothèques et handicap infos

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 7 février 2014

Belle journée professionnelle sur l'édition adaptée jeunesse à Montpellier

Benjamins media organisait cette journée d'étude ouverte à des professionnels de tous horizons : bibliothécaires, animateurs, éducateurs, agents du milieu culturel, etc.

Qui est Benjamins media ? C'est une petite maison d'édition associative, créée en 1987, comprenant 4 personnes salariées, très motivées, passionnées même, par l'adaptation de livres pour les enfants de 3 à 10 ans. Leur objectif consiste à relier l'oral et l'écrit, c'est-à-dire à créer une imagerie sonore qui accompagne finement le texte de l'auteur. Nous sommes là au-delà d'un livre-CD classique puisque le texte lu est conçu pour la compréhension des enfants nonvoyants. Chaque livre est donc vendu avec son CD. Un livret avec le texte en gros caractères, en braille et des pages de jeux tactiles est proposé pour un supplément de 2 €. Le tout est alors envoyé dans une pochette contenant l'ensemble. Sophie Martel est directrice de Benjamins media. Son compagnon Rudy anime les séances "J'écoute dans le noir" et autres animations et se déplace pour cela partout en France. C'est une excellente animation à proposer en bibliothèque, pour sensibiliser les enfants à la différence et leur faire prendre conscience du travail d'écoute.

Pierres Vives L'auditorium de Pierres Vives a accueilli les participants. Ce bâtiment de 25 000 m² abrite la bibliothèque départementale de l'Hérault, le service des sports, une galerie d'exposition, une salle de spectacles et les Archives départementales. Particularité : la bibliothèque départementale est ouverte au public, pour la consultation sur place uniquement, faisant ainsi office de "bibliothèque troisième lieu".

Les "Best" de la journée Ouh là ! difficile de choisir...mais il le faut bien, Pour avoir l'intégralité de la journée, il y aura les Actes, bientôt en ligne. Je présente donc mes coups de coeur :

Des livres pour le plaisir de lire et de toucher par Hélène Kudzia Livres_toucher Hélène est bibliothécaire à la bibliothèque Marguerite Duras à Paris et responsable du fonds et des services "Lire autrement". Elle nous a fait une présentation très vivante et concrète des livres tactiles dont disposent les enfants nonvoyants pour se faire une représentation mentale des formes et des choses ainsi que pour développer une perception sensorielle. Elle a expliqué les critères qui définissent le choix d'un livre tactile :

  • Il doit être adapté à la taille de l'enfant, puisque son bras et sa main vont se déplacer sur toute la page
  • Les informations essentielles doivent figurer sur la couverture et dans le sens correct de lecture
  • Le livre doit être résistant
  • Les divers éléments mobiles doivent être attachés par des rubans

La production est trop réduite, les enfants auraient besoin d'un plus grand nombre de livres, notamment documentaires. Par ailleurs, le tactile disparait dès que l'enfant a appris la lecture.

Les ateliers : très concrets pour mettre les professionnels vraiment "en situation"

Découverte de la fabrication d'un livre tactile par Marie-Hélène Sarrazy, de la Fédération des Aveugles de France Les participants ont manipulé les gabarits et les matières et compris l'objectif visé : que l'enfant se représente les éléments de l'histoire mais aussi qu'il en devienne l'acteur (par exemple en faisant rouler la galette). Atelier_tactile1 Atelier_tactile2 Atelier_tactile3 Atelier_tactile4

Atelier de sensibilisation au braille par Marie Pasquier de la BM de Montpellier Des ateliers faciles à organiser à moindre coût en bibliothèque. Essayez ! Atelier_braille

Atelier d'écoute dans le noir par Rudy Martel Les participants devaient reconstituer un scénario sonore à partir d'une écoute de 16 mn. Les impressions sont ensuite partagées, et on réalise alors que l'interprétation peut être déroutée par un élément sonore non identifié. Difficile ! Ecoute_noir

Enfin, je termine ce long billet par un coup de coeur particulier pour François Brajou, comédien sourd, qui a présenté le travail difficile qu'il mène pour adapter un album de Benjamins media (sortie de cette version LSF début mars) : adapter sans être académique, en étant près du sens mais près surtout du petit lecteur, faire passer une émotion dans le respect du texte. Chapeau ! Francois_Brajou

dimanche 26 janvier 2014

Lancement officiel des Espaces "facile à lire" en Bretagne !

J'ai présenté vendredi le "kit" élaboré dans la perspective de soutenir les bibliothèques prêtes à expérimenter des espaces "facile à lire". Ceci est une mission qui m'a été confiée par Livre et lecture en Bretagne, qui est dans son rôle d'outiller les acteurs de la lutte contre l'illettrisme. Kesaco "facile à lire" ? Il s'agit de s'inspirer des pays scandinaves mais aussi des Pays-Bas et de la Belgique, qui constituent depuis longtemps des collections plus faciles à lire à destination de tous ces publics pour lesquels la lecture n'est pas une évidence, et en tous cas, pas une activité courante. Partant donc de ces "Easy to read squares", il a fallu imaginer une déclinaison qui prenne sens en France, en Bretagne en l'occurrence, adaptée donc à nos pratiques et notre culture.

Dès la première réunion en 2013, plusieurs bibliothèques, dont des bibliothèques départementales, ont accroché avec enthousiasme au projet, face au constat que de nombreux partenaires évoquent l'inadaptation de nos fonds aux personnes en difficulté avec l'écrit, aux personnes en situation de fatigabilité, de handicaps tels que la dyslexie, la déficience cognitive, etc. La bibliothèque de Quimper communauté a immédiatement appliqué l'idée en inaugurant un espace facile à lire à la bibliothèque des Ursulines (voir photo ci-dessous) et un autre espace dans une bibliothèque de l'agglomération, avec pour chacun, une approche et une mise en espace un peu différentes, appropriées aux publics visés.

Ursulines_Quimper

Après Quimper, d'autres espaces "facile à lire" devraient voir le jour : très prochainement dans la nouvelle antenne de la Bibliothèque du Finistère et dans deux bibliothèques municipales du Finistère Nord. La Bibliothèque d'Ille-et-Vilaine prévoit d'acquérir ce kit et de le faire tourner dans son réseau, en accompagnant ce travail de journées de formation. Enfin, la bibliothèque de Vezin, qui a déjà conçu un rayonnage Lire autrement pour des enfants en difficulté de lecture, cherche des développements de ce type en direction des parents.

Voici donc le kit, mais est-ce bien le mot ? Ces 100 livres ne sont pas un outil clé en main, c'est un ensemble de livres (et CD, DVD) pensé en fonction de critères très précis qui définissent le concept de "facile à lire", mais qui vont avant tout servir à une discussion avec les bibliothécaires. La malle constituée a vocation pour l'instant à outiller les professionnels. Elle contient donc une centaine de documents accompagnés chacun d'une fiche descriptive, des documents explicitant les critères du "facile à lire", présentant des exemples en Belgique, des bibliographies déjà réalisées de livres à proposer à des lecteurs débutants, etc.

Reunion_facile_lire_1 reunion_facile_lire_2

La prochaine étape va être de former des équipes de bibliothèque, à l'aide de ce kit, pour que chaque professionnel ou bénévole apprenne à repérer ce type de livre dans l'édition, à le valoriser et surtout à en faire la médiation ! En effet, seuls des partenariats avec des organismes de formation en compétences-clé, des associations, des professionnels du secteur social, permettront d'utiliser ces fonds dans le cadre d'un projet global de nouvelle approche de la lecture.

Enfin, la question est lancée de la mise en espace : disposer de telles collections sur un rayonnage standard "à la Borgeaud" ne fera guère évoluer l'image des bibliothèques ! Alors, pourquoi pas travailler avec un scénographe qui, pour une enveloppe budgétaire donnée, concevra pour vous et avec vous un "univers" favorisant la mise en valeur de ces livres. Il y a beaucoup à réfléchir là-dessus : quel environnement sera considéré comme sécurisant et attractif pour ceux qui sont éloignés de l'écrit ? Je pense qu'il faut leur poser la question, donc intégrer des personnes concernées à l'élaboration du projet !

Exemples de mobiliers réalisés par des scénographes : Mobilier "manga" réalisé pour la BDP 77 par l'Atelier des possibles (Rennes) et Mobilier de l'Ecole d'art réalisé par Metalobil (Saint-Herblain) Mobilier_manga Mobilier_saint_Herblain

Livret "Choix de livres faciles à lire" et nouvelles infos à suivre !...

samedi 12 octobre 2013

Barrez la différence : des spectacles sur le handicap accessibles aux bibliothèques

Barrez_difference

Jeudi 10 octobre, le Groupe de travail Accessibilité, que je coordonne pour la Médiathèque d'Ille-et-Vilaine, dans le cadre d'un Contrat Territoire Lecture, a accueilli une compagnie venue des Côtes d'Armor : Barrez la différence.

Gilles est moniteur de voile, chauffeur de car (grandes distances ! jusqu'en Espagne), et comédien. Il a une énergie incroyable et un sens de l'humour décapant. Il s'est marié 2 fois. Il a 5 enfants donc... Ah j'oubliais un petit détail : il est IMC. Non, rien à voir avec l'Indice de Masse Corporelle. Il est Infirme Moteur Cérébral.

Kesaco diront certains lecteurs (peu nombreux du reste !) ? Il s'agit d'une infirmité motrice due à des lésions survenues durant la période péri-natale. Il y a bien sûr des niveaux de handicap très différents chez les IMC, certains sont cloués dans un fauteuil, d'autres ont une déficience cognitive associée.

Mais notre Gilles, lui, est plein de vivacité, dans la vie et sur la scène. Avec son épouse Agnès, ils animent des tapis-contes pour les classes de cycle 2 et 3, des séances pour les collégiens, lycéens, et des spectacles "one man show" de Gilles pour le grand public. La particularité est que le spectateur, petit ou grand, ne vient pas roupiller sur son siège : il va être amené à s'impliquer, à participer. Et c'est ça qui marche : la distance, l'appréhension du départ face à Gilles s'effacent peu à peu, chacun se sent libre de rire, d'exprimer son émotion, de poser des questions que l'on n'ose pas poser (c'est pas dangereux de conduire un car pour vous ? mais ça se passe comment en couple ?).

Ils s'adaptent à tous les espaces (dedans, dehors, petites et grandes bibliothèques), à toutes les jauges, et même à tous les budgets. Comptez quand même 500 €, modulables si vous vous organisez en réseau. Et Gilles et Agnès acceptent de dormir chez l'habitant. Alors, il ne vous reste plus qu'à les inviter !

Gilles

mardi 24 septembre 2013

Le bilan de Marie-Arlette Carlotti, Ministre déléguée en charge des personnes handicapées, en version Facile à lire et à comprendre

Ca vient, ca vient doucement ! Un nouveau document ministériel vient d'être adapté en version "FALC", entendez "facile à lire et à comprendre", à destination des personnes en situation de handicap mental ou cognitif. Normal, de la part de la Ministre déléguée aux personnes handicapées ! Mais quand même, saluons cet effort, qui n'est que le second, après celui du premier ministre en juin 2012.

Logo_facile_lire

Je mets en p-j ce document, qui est un exemple de ce qu'est un document adapté pour le "facile à lire". Ci-contre, le pictogramme "facile à lire et à comprendre". En savoir +

vendredi 20 septembre 2013

Nouvelles perspectives pour l'Exception handicap à la loi sur le droit d'auteur

Espoir ? Ce rapport fait entrevoir de belles perspectives : que les fichiers de l'édition numérique soient obligatoirement versés sur la plateforme Platon, que la notion de handicap soit étendue à d'autres que le handicap visuel et non assujettie à un certificat médical, et enfin : good idéa : que les bibliothèques publiques soient les lieux de diffusion la plus large de l'édition adaptée ! Euh...et ces préconisations seront-elles mises en œuvre ? On va surveiller ça ! En savoir plus